Devenir DJ : quels débouchés pour ces intermittents du spectacle ?

Pour devenir DJ professionnel, il faut être persévérant. Beaucoup de candidats mais peu d’élus qui réussissent vraiment à se faire remarquer dans la branche et connaitre le succès à l’international. Obtenir le statut d’intermittent du spectacle permet de bénéficier d’avantages sociaux et évite de vivre dans la précarité.

Le métier de Disc-jockey avec un statut d’intermittent du spectacle

Beaucoup de jeunes rêvent de devenir un DJ célèbre mais en fait très peu de candidats réussissent à percer. Devenir dj est une activité artistique comme il n’est pas facile de se faire une place au soleil. Les clubs et les boîtes de nuit préfèrent souvent recourir à un amateur de talent qui coûte moins cher et qui est moins capricieux qu’une star DJ. Pour éviter de travailler dans la précarité et sans couverture sociale, il faut essayer d’obtenir un statut d’intermittent du spectacle car celui-ci permet de bénéficier de certains avantages comme celui de percevoir une allocation journalière quand on ne travaille pas pendant une certaine période. Il est difficile d’enchainer les contrats et il est fréquent qu’un DJ débutant qui ne connait pas la célébrité se retrouve sans activité plusieurs mois d’affilée.

Le statut d’intermittent du spectacle

Quand on veut exercer le métier de DJ, il faut être conscient dès le départ que c’est une vocation difficile et que peu de candidats atteindront les sommets de la gloire. En effet, devenir dj c’est être à l’affût permanent d’un possible contrat de travail et soyez certain qu’on se presse au portillon pour obtenir un cachet. Pour bénéficier du statut d’intermittent du spectacle, il faut pouvoir justifier de 507 heures de travail en l’espace de douze mois de travail et l’emploi doit obligatoirement être dans le domaine artistique. Quand un cachet prend fin, le DJ reçoit une AEM – Attestation employeur ou encore une GUSO –le Guichet Unique du Spectacle Occasionnel. Celle-ci peut être émise par un particulier ou une association qui a fait intervenir et rémunéré un artiste.

La vie d’artiste synonyme de précarité

Démarrez une activité artistique comme par exemple devenir dj signifie pour de nombreux candidats des fins de mois difficiles voire plusieurs mois à vivre dans la précarité. Les métiers artistiques sont généralement une histoire de passion. Mixer de la musique, animer, faire vibrer des foules et leur parler n’est pas donné à tout le monde et en plus il faut donner une attention permanente à ses platines.

Electro : peut-on mixer avec un simple ordinateur ?
Quelle table de mixage choisir pour débuter en tant que DJ ?